Monday, December 31, 2012

Alfred Deller posted by Vicky Marangopoulou

CASTRATI IN VERSAILLES

Flavien Berger au Festival des 36h de St. Eustache

Les lumières se font améthystes, les applaudissements fusent. Flavien Berger entre en scène, accompagné de Quentin, son acolyte du collectif Sin. Présent sur la scène électro-expérimentale parisienne depuis presque 10 ans, Flavien Berger, jeune producteur de musique électronique prend ses marques et s’installe aujourd’hui avec une oeuvre expérimentale, virtual vintage pop. Un mix ingénieux et harmonieux d’instruments collectionnés, de voix et de textures sonores synthétiques. Pour son set sous la voûte céleste de Saint Eustache, il convoque intonations La Monte Young-iennes, beats pop et hymnes grégoriens. Nos yeux et nos oreilles sont ébahis. Le public est ébloui

Sunday, December 30, 2012

Friday, December 28, 2012

CARMEN

 Etait-ce parce qu’il était malade du cœur à ce moment-là que Georges Bizet écrivit son chef d’œuvre sulfureux et amoureux, Carmen, avec autant de justesse ? C’est l’histoire de la bohémienne qui tombe amoureuse du soldat, mais la première aime plus sa liberté et le deuxième ne peut se défaire de son sens du devoir. Alors elle essaye de le convaincre, autant qu’elle-même, qu’Escamillo, le torero, lui plait. « Les amours de Carmen ne durent pas six mois », et la souffrance de chacun prend le pas sur l’espoir d’amour né sur la route de la prison. Cette fois-ci, Don José avait brisé les chaînes de l’insoumise. Don José, sublime personnage dramatique dévoré par la jalousie, devra empêcher la cigarière d’en aimer un autre, perdant en même temps ce pour quoi il l’avait perdue d’abord : sa charge de soldat, et celle de sa mère malade. « Prends garde à toi, Carmen je suis las souffrir », lui lancera-t-il, avant de joindre l’acte à la menace. Olivier Py, ancien directeur du théâtre de l’Odéon, met ici en scène une Carmen contemporaine et parisienne à l’opéra de Lyon. L’audace a déconcerté lors de la première, mais rien d’inhabituel pour la bohémienne, censurée dès 1875 pour « indécence » lors de sa présentation par Bizet. On s’accorde sur la mise en scène flamboyante, pensée par le scénographe Pierre-André Weitz, qui s’appuie la volonté d’Olivier Py de simplifier le livret, en se débarrassant du parlé. Passer d’opéra comique à opéra, c’est se défaire d’un adjectif qui ne seyait que peu à Carmen. Photo CC Stofleth Crédits • Artistes : Stefano Montanari (Direction musicale), Alan Woodbridge (Chef des Choeurs) • Réalisateur : Vincent Massip • Mise en scène : Olivier Py • Décors : Pierre André Weitz • Ecriture / Compositeurs : Georges Bizet • Son : Radio France • Production : Opéra de Lyon, Telmondis, Mezzo, Euro Media France • Bertrand Killy (lumière)

Wednesday, December 26, 2012

Tuesday, December 25, 2012

Dave St Pierre à la Biennale de la Danse

La danse contemporaine québécoise, vous connaissez ? Il y a bien sûr la chef de file, Marie Chouinard, et sa danse à la fois baroque et machinique. Il y a aussi, entre autres, le Montréalais Dave St-Pierre, qui entre danse et théâtre, met en pièces la complexité des rapports humains, notamment hommes-femmes. Sa dernière création, présentée pour la première fois en France à la Biennale de la Danse de Lyon, n’a pas de titre, mais les intitulés des deux précédentes entrées de son répertoire annoncent la couleur au spectateur : La Pornographie des âmes, et Un peu de tendresse bordel de merde ! De son propre aveu, Dave St-Pierre tient son appétit de vivre de graves problèmes de santé – avant une greffe miraculeuse qui lui a littéralement redonné son souffle. Un sursaut de vie qui permet d’expliquer, sans doute, le style énergique de ce danseur et chorégraphe coutumier de la mise en scène de nus fortement sexués, de l’hystérie collective et du rapport très direct avec le spectateur. En guise d’exergue à cette création 2012, le chorégraphe nous avertit qu’il s’agit d’une histoire d’amour, et nous met en garde contre la violence qui en jaillit (« Le pire de cette rencontre inévitable entre deux êtres serait de vivre la violence subite d'un coup de foudre et de tomber fatalement et éperdument amoureux… et en mourir d'envie à vouloir en crever »), la souffrance qui en résulte (« J'ai mal, je suis ému, je suis perdu, je suis dans sa peau, dans son corps, son sexe, son désir, sa pudeur, sa vie ») et le mouvement qui en naît (« Tu me donnes cette envie de me lancer, les poings fermés, tête baissée, dans cette impudeur, cette façon de laisser le corps mou dans une chute qui n'a pas de fin »). Pour dire cette intensité du sentiment amoureux, vingt-cinq interprètes seront sur scène pendant deux heures à la Maison de la Danse de Lyon. De la tendresse, bordel, il y en aura.

Sunday, December 23, 2012

Bach - Cantata BWV 140 posted by Vicky Marangopoulou

Le Gala de Noël de l'Orchestre National de France et de la Maîtrise de Radio France


Pour son gala de Noël, l'Orchestre National de France et la Maîtrise de Radio Franceprennent leurs quartiers au Cirque d’Hiver. Les musiciens et le jeune chœur, accompagnés de la soprano Ida Falk Winland interpréteront un répertoire divers, mais joyeux, « de Vienne à Broadway ». D’un côté de l’Atlantique, une valse du compositeur austro-hongrois Franz Lehar, une sonate de l’allemand Max Reger, ou l’ode à la musique du français Chabrier, célèbrent le faste de l’Europe de la fin du XIXè siècle. Alors que le vieux continent se perd dans le désastre de la guerre, c’est l’Amérique qui prend le relais des airs joyeux au XXème siècle. Leroy Anderson, le nouveau maître de la musique orchestrale légère et sonfiddle-faddle, mais surtout Leonard Bernstein, son Candide, et l’air I feel pretty de West side story sont les meilleurs représentants de cette nouvelle Amérique ingénue, qui veut s’échapper de ses tracas dans les salles de Broadway.

Le gala sera dirigé par Sofi Jeannin, Mezzo-soprano suédoise à la tête de la maîtrise de Radio France depuis 2008, et chanteuse des London Voices.

C’est sa compatriote, la jeune soprano Ida Falk Winland qui interprétera les airs donnés ce soir. La suédoise, ancienne élève de la Benjamin Britten international opera school de Londres a un répertoire globalement plus classique puisqu’on y compte l’Eurydice d’Orphée, des récitals de Schubert, la Pamina de La flûte enchantée ou le Requiem de Brahms. Mais celle qui a également interprété la 6è symphonie de Philip Glass pour la BBC devrait enchanter aux côtés de la formation musicale de Radio France.


Le Video..

Sunday, December 16, 2012

Saturday, December 8, 2012

Beauty remained for just a moment then returned gently to her starting position de Robyn Orlin

Figure majeure de la scène artistique internationale, Robyn Orlin a longtemps été considérée comme l’enfant terrible de la danse sud-africaine. Formée en danse contemporaine et diplômée de l’Institut d’art de Chicago, Robyn Orlin interroge dès sa première création en 1980 les dynamiques politiques de son pays, alors sous le régime de l’apartheid. Cet engagement, ainsi qu’une constante remise en cause des formes et principes artistiques dominants continueront d’imprégner l’ensemble de son travail. Mêlant la danse au texte, à l’image et à l’objet, Robyn Orlin explore les formes théâtrales et interroge avec humour, ironie et virtuosité les méandres sociaux, politiques et culturels des sociétés. Déjà récompensée pour Naked on a Goat en 1996 puis Orpheus… I mean Euridice… I mean the natural history of a chorus girl en 1998, Robyn Orlin reçoit pour Daddy, I've seen this piece six times before and I still don't know why they're hurting each other (1999) le Laurence Olivier Award de la réalisation la plus marquante de l'année. Cette pièce contribuera à la faire connaitre en Europe. We must eat our suckers with the wrappers on marque les esprits, pièce sur les ravages du Sida en Afrique du Sud.

Tuesday, December 4, 2012

CLAUDIO MONTEVERDI

Claudio Monteverdi

Monteverdi L'Orfeo atto2° posted by Vicky Marangopoulou



L'Orfeo (SV 318), sometimes called L'Orfeo, favola in musica, is a late Renaissance/early Baroque opera by Claudio Monteverdi, with a libretto by Alessandro Striggio. It is based on the Greek legend of Orpheus, and tells the story of his descent to Hades and his fruitless attempt to bring his dead bride Eurydice back to the living world. Written in 1607 for a court performance during the annual Carnival at Mantua, L'Orfeo is one of the earliest music dramas still regularly performed.

Monday, December 3, 2012

Concert de musique baroque sous la direction musicale d'Emmanuelle Haïm

Emmanuelle Haïm a ses habitudes à Francfort. Elle est de nouveau invitée de l’Orchestre symphonique du Hessischer Rundfunk dans le cadre de la collection « Barock+ ». Les fougueuses interprétations de cette Française spécialiste du baroque enflamment chaque fois le public allemand.

C’est en 2004 qu’elle fut invitée pour la première fois par cette formation. L’Allemagne découvre alors celle qui fait figure de révélation dans le domaine de la musique ancienne. Depuis lors, la violoncelliste et chef d’orchestre est considérée outre-Rhin comme l’une des plus éminentes spécialistes de musique baroque. En 2000, elle fondait « Le Concert d’Astrée », un ensemble baroque qui, à peine trois ans plus tard, fut sacré « Meilleur ensemble » aux Victoires de la musique classique. Ses enregistrements ont été maintes fois primés. Perfectionniste, éprise d’authenticité, elle n’a pas son pareil pour composer et mettre en scène des opéras et autres œuvres vocales. Son cinquième projet avec l’orchestre symphonique du Hessischer Rundfunk offre une vision transversale de toutes les facettes de l’univers ardent qui est celui des opéras baroques. Passionnante soirée de concert en perspective avec ces suites tirées des œuvres scéniques de Rameau, Lully et Purcell. Les solistes sont la soprano Katherine Watson et le ténor Samuel Boden.


Au programme :


Jean-Baptiste Lully

Suite du »Le Bourgeois gentilhomme«

Henry Purcell

Suite de »The Fairy Queen«

Jean-Philippe Rameau

Arien und Duette de »Castor et Pollux« und »Dardanus«
Suite de »Naïs«

Georg Friedrich Händel

Happy we de »Acis and Galatea


Saturday, December 1, 2012

Le "Sfumato" du chorégraphe Rachid Ouramdane

"Sfumato" c'est une technique en peinture où lignes et contours s'estompent. Tout comme les corps des danseurs du spectacle de Rachid Ouramdane. Les interprètes se fondent dans un paysage flouté pour évoquer le drame des réfugiés climatiques. Un témoignage que le chorégraphe a mené en collaboration avec l'auteure Sonia Chiambretto et le compositeur Jean-Baptiste Julien. David Bornstein l'a vu pour ARTE Journal au Théâtre de la Ville à Paris. 
 

Thursday, November 29, 2012

Tuesday, November 20, 2012

Monday, November 19, 2012

Mozart

Wednesday, November 7, 2012

Monday, October 15, 2012

Thursday, October 11, 2012

Extrait de l'Opéra baroque de Purcell "The Fairy Queen

"The Fairy Queen" ou "la reine des fées" est un "semi-opéra" en cinq actes de Henry Purcell crée en 1962 en Angleterre. Ce joyau des arts florissants, spectacle entre théâtre, chant et danse a été joué en Grande-Bretagne puis à Paris jusqu'au 24 janvier 2010 et à Caen, début février, avant de partir pour New York. Réalisateur: Simon Vallon

Tuesday, October 2, 2012

Friday, September 28, 2012

Yo Gee Ti de Mourad Merzouki à la Biennale de la Danse


« Yo Gee Ti » : objet organique, en chinois. Autrement dit le corps, cette matière vivante que le chorégraphe Mourad Merzouki explore depuis une vingtaine d’années dans sa danse, après être passé, plus jeune, par les arts martiaux, la boxe et le cirque.

Initiateur, avec Kader Attou notamment, de la reconnaissance institutionnelle de la danse hip hop en France, Mourad Merzouki a déjà à son actif dix-sept créations, dont certaines – Käfig (1996), Récital(1998), Terrain vague (2006) – s’inscrivent dans l’histoire de la danse contemporaine. En 2008, il mêlait déjà les styles et les cultures avec Correria-Agwa, en conviant des danseurs brésiliens à se frotter aux mouvements hip hop. Deux ans après Boxe Boxe (déjà diffusé sur ARTE live Web), le directeur du Centre chorégraphique national de Créteil revient à la Biennale de la Danse de Lyon avec une pièce pour dix interprètes, rassemblant danseurs de hip hop français et danseurs taiwanais. Au cœur de cette nouvelle création, Yo Gee Ti, créée en mars dernier à Taipei, Mourad Merzouk entretient un dialogue sur la danse contemporaine basé sur la performance technique, le tout lié par le décor et les costumes de fils de laine dessinés par le styliste taiwanais Johan Ku, qui enserrent les interprètes et structurent l’espace.

« On est bien conscient qu’aujourd’hui on ne convainc pas un public en fonction du nombre de tours que l’on fait sur la tête ou sur la main, mais plus en fonction des risques que l’on va prendre dans les chorégraphies, dans les rencontres, explique Mourad Merzouki. Les chorégraphes hip-hop font ce travail-là et n’hésitent pas à aller vers d’autres formes artistiques qui les nourrissent ». Pour l’artiste, le hip hop est plus qu’un langage de gestes, c’est aussi une forme d’expression internationalisée, capable d’agréger d’autres formes chorégraphiques. Tel un un Yo Gee Ti, un corps organique aux multiples branches sensibles à la capillarité, perpétuellement alimenté par les éléments qui l’entourent.

Thursday, June 7, 2012

Paul Meyer

Né en 1965 à Mulhouse, Paul Meyer est considéré comme l’un des plus extraordinaires clarinettistes de sa génération. Agé d’à peine 13 ans, il faisait ses débuts de soliste à l’Orchestre Symphonique du Rhin, avant de poursuivre ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à la Musik-Akademie de Bâle. Il a été récompensé à plusieurs reprises lors de concours nationaux et internationaux. Depuis, il se produit en Europe, aux Etats-Unis et en Extrême-Orient, accompagné d’orchestres renommés, entre autres l’Orchestre symphonique de Berlin, l’Orchestre philharmonique de Dresde, l’Orchestre National de France, l’Orchestre philharmonique de la BBC ou encore l’Orchestre philharmonique de Tokyo. Paul Meyer impressionne le public et se prête volontiers à une démonstration des capacités techniques de son instrument. Il possède un répertoire concertant très étendu, riche d’un grand nombre d’œuvres contemporaines majeures pour clarinette, et s’investit largement dans des projets de musique de chambre. Ces dernières années, il se consacre de plus en plus à sa carrière de chef d’orchestre.

Wednesday, May 16, 2012

Thursday, May 3, 2012

Festival de la Chaise-Dieu : extrait

Extrait du prélude du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier Enregistré dans le cadre de l'édition 2009 du Festival de la Chaise-Dieu Concert de l'Hostel Dieu Direction Franck-Emmanuel Comte

Wednesday, April 4, 2012

Friday, March 30, 2012

Monday, March 19, 2012

Inanna, de Carolyn Carlson

Couronnée de succès à sa création, Inanna est la première pièce de Carolyn Carlson à son arrivée au Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais en 2005. Tour à tour guerrière, amante, mère, séductrice, la femme moderne se décline à l'infini, en résonance avec Inanna, déesse aux multiples facettes du panthéon sumérien. Pure et libre, fatale et enjouée, maladroite et artificielle, nue et masquée, elle s'assume et subjugue. La danse dévoile sa force instinctive et sonde son pouvoir mystérieux. Carolyn Carlson réussit une combinaison inventive de styles aux variations fascinantes. Exploration lyrique de l'univers féminin, Inanna enrichit la pureté gestuelle chère à la chorégraphe de tableaux inattendus. Ces sept femmes dégagent une puissance d'expression saisissante, chacune détentrice à la fois d'un charme unique et de l'harmonie transmises par Carolyn Carlson .

Saturday, March 10, 2012

Friday, February 3, 2012

Thursday, February 2, 2012

Saturday, January 28, 2012

Soirée de Poche : Nils Frahm

On connaît bien, sur ARTE Live Web, les notes de piano profondes et traînantes de Nils Frahm. Sa musique, creuset minimal où s’agglomèrent les échappées post-classiques d’Arvö Part ou Steve Reich et les réflexes d’une pop sensible autant qu’efficace avait illuminé la chapelle Saint-Sauveur de Saint-Malo lors de l’édition 2011 de la route du rock hiver. C’est avec un plaisir assez manifeste qu’on le retrouve dans le cocon douillet d’une Soirée de Poche.

Friday, January 20, 2012

Wednesday, January 11, 2012

Karine Saporta danse les Notes de Steve Reich



 Notes + est une relecture de Notes, que la chorégraphe Karine Saporta avait proposé en 2008. Dans ces spectacles, elle met en geste la musique de Steve Reich.


Crédits
• Artistes : Karine Saporta (chorégraphe), Muriel Bedot (danse), Tess Blanchard (danse), Juliette Murgier (danse), Yoann Rifosta (danse), Quatuor Thymos : Gabriel Richard (violon), Eiichi Chijiiwa (violon), Nicolas Carles (alto), Delphine Biron (violoncelle) • Son : Etienne Graindorge • Production : Bel Air Media



http://liveweb.arte.tv/fr/video/Karine_Saporta_danse_les_Notes_de_Steve_Reich/

Thursday, January 5, 2012

Sunday, January 1, 2012